Le SP/CNLS-IST dresse le bilan des activités de la riposte nationale au VIH et Sida de l’année 2017

Chaque année, le Secrétariat Permanent du Conseil National de lutte contre le Sida et les Infections Sexuellement transmissibles SP/CNLS-IST fait le Bilan des activités de la riposte nationale au VIH/Sida de l’année écoulée et trace des perspectives pour l’avenir.

Cette année encore l’organe National de coordination se prête à ce même exercice avec la collaboration de tous les acteurs impliqués dans la riposte au VIH à l’Hôtel Ecole le Bénin  les 28 et 29 juin 2018.

 Pendant deux jours, les acteurs de mise œuvre des interventions liées au VIH/Sida feront la validation du rapport multisectoriel des activités de lutte contre le Sida (Rapport programmatique du CNLS) et du rapport relatif à l’estimation financière des ressources et dépenses liées au Sida (REDES).

L’atelier a été officiellement ouvert par le Directeur de Cabinet du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale Mme AKAKPO Midamégbé, en présence d’une centaine de participants notamment des acteurs des secteurs public et privé, de la société civile et des partenaires techniques et financiers.

Mme AKAKPO dans son discours d’ouverture a salué l’implication des hautes institutions pour leurs différents efforts menés dans la riposte au VIH. Selon, elle : « le pays a enregistré des résultats encourageants mais d’importants défis restent à relever pour parvenir à l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant à l’horizon 2020, d’améliorer la qualité de l’offre de services et d’améliorer significativement la mobilisation des financements pour accélérer la riposte nationale afin d’atteindre les objectifs 90-90-90  en 2020».

Le Professeur Vincent PITCHE, Coordonnateur National du SP/CNLS-IST a quant à lui dresser le bilan des activités réalisées en termes des 3×90.

« En matière de conseil dépistage (1er 90) sur les 105 000 PVVIH estimée, 66% connaissent leur statut c’est-à-dire 44% personnes infectées dans le pays n’ont encore fait le test du dépistage ;

En matière de soins, 59752 étaient sous traitement ARV à la fin de l’année 2017 soit un taux thérapeutique de 57%. Le 2ème 90 est de 63%, donc il reste un gap important à combler pour atteindre cet objectif en 2020.

Mais l’accès à l’offre de services à la charge virale (3ème 90) mérite une attention particulière car son niveau d’atteinte est plus faible en 2017 et est estimé à 55%. En effet seulement 14% des PVVIH sous ARV y ont accès en 2017 ». A-t-il présenté.

Les travaux qui sont au menu de ces 2 jours d’activités vont permettre de faire le point sur la prise en charge des PVVIH par les ARV : défis et perspectives dans l’atteinte des 90-90-90, faire le plan ETME où en sommes-nous à un an de la fin dudit plan ? Faire le Bilan des activités de l’observatoire national des droits humains et VIH et de partager les résultats et les leçons apprises au cours de la campagne de dépistage gratuit du VIH ; de faire la restitution de la campagne nationale de dépistage au cours de la JMS 2017 et de faire le bilan des activités de la plateforme des OSC VIH.

Il faut rappeler selon la dernière enquête Spectrum réalisée en 2017 la prévalence du VIH est estimée à 2,1% dans la population générale.

                                                                                                                                                      Honorine MOUKPE

 

Related posts