4ème forum des partenaires de mise en œuvre des interventions du VIH/Sida. Evaluation des objectifs 90-90-90 de l’ONUSIDA.

Le Secrétariat Permanent du Conseil National de lutte contre le Sida et les IST a organisé le 4ème forum national des partenaires de mise en œuvre des interventions du VIH au Togo. Ce forum qui s’est déroulé du 4 au 5 juillet 2019  à l’hôtel Ecole Lébénè a permis d’analyser le niveau d’atteinte des Objectifs des 3X90  de l’ONUSIDA, d’identifier les forces et les faiblesses actuelles de la riposte nationale afin de formuler les recommandations pertinentes pour accélérer les pas vers 2020.

Pendant ces 2 jours les rapports des activités de la riposte au VIH et celui des ressources dépensées pour la lutte contre le SIDA au cours de l’année 2018 ont été validés. Plusieurs présentations notamment, bilan des activités  de l’observatoire  droits humains et VIH, résultat de la mise en œuvre des activités TB/VIH : les bonnes nouvelles et défis pour 2020, et la contribution du réseau Cupidon dans la lutte contre le VIH/sida chez les populations clés  pour l’atteinte des objectifs 90-90-90 ont été présentées. Par ailleurs, les participants ont mené des discussions sur les résultats obtenus à mi-parcours du PSN 2016-2020, les grands défis de la lutte contre le VIH/Sida dans la région de l’Afrique de l’ouest et du centre  à l’horizon 2020 et la présentation du projet PEPFAR. Plusieurs allocutions ont meublé les temps forts de ce forum.

A l’ouverture des travaux le Prof. Vincent PITCHE, Coordonnateur National du SP/CNLS-IST a remercié tous les acteurs de mise en œuvre dans la riposte au VIH spécialement le Président de la République, Président du CNLS-IST, son Excellence Faure Essozimna GNASSINGBE qu’il a qualifié de l’ « un des grands champions du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme ». Il a présenté ensuite le niveau d’atteinte des 3×90 de l’ONUSIDA. « Le 1er 90  est de 64%, le 2ème 90 est de 89% et 3ème 90 est de 79% ». Pour sa part : ” beaucoup d’efforts restent à faire pour atteindre les objectifs nationaux et internationaux, car derrière des indicateurs chiffrés, il y a des disparités régionales, il y a des problèmes de qualités de services à améliorer et à réduire la charge de morbidité de cette affection”.

Les travaux du forum ont été officiellement ouverts par le Secrétaire Général du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, Dr. AWOUSSI Marcel qui a également rendu un hommage au Président de la République « pour son leadership et pour les impulsions nécessaires  qu’il donne à lutte contre le Sida ».

Le Directeur pays ONUSIDA, Dr. Christian MOUALA a analysé quant à lui dans son allocution le rapport annuel des activités de la riposte nationale au VIH/SIDA réalisé au cours de l’année 2018. Pour lui, la poursuite de l’innovation est très essentielle  dans la riposte au VIH. Des améliorations sont nécessaires sur le plan technologique (médicaments anti rétroviraux à action prolongée) et sur le plan d’exécution des programmes (initiatives des Maires/Communes et VIH, extension des services communautaires génération de demande et soutien de l’adhésion au traitement, meilleure intégration avec les autres services de santé et exploitation des nouveaux médias).

Résultats de la riposte au VIH au Togo

La prévalence du VIH en 2018 est estimée à 2,2%. Il y a une baisse des nouvelles infections de plus de 60% et du taux de décès lié au SIDA de 45%. Sur le plan programmatique, depuis 2016, le pays offre chaque année le conseil et le dépistage à plus de 400 000 personnes, des services de préventions sont offerts à toutes les populations même les plus vulnérables que sont les Professionnelles de sexe, les Hommes ayant des rapports sexuel avec d’autres Hommes, les Usagers de Drogues et les prisonniers.

La couverture géographique des services PTME est estimée à plus de 72% dans les structures sanitaires. 80% des femmes enceintes séropositives à la fin de l’année 2018 ont reçu les médicaments ARV pour réduire la transmission du VIH chez leurs enfants.

En matière de traitement, 64722 PVVIH étaient sous ARV. De très bonnes performances en matière de prise en charge de la coïnfection TB/VIH avec plus de 99 de tuberculeux dépistés et mis sous traitement antituberculeux et ARV.

Related posts