Riposte au VIH au Togo. Le Togo valide son Plan stratégique national 2021-2025 centré sur une gestion efficiente

Le Conseiller Santé du Président de la République (Président du Conseil National de lutte contre le Sida) a présidé ce vendredi 13 mars 2020 à Lomé l’atelier de validation du Plan Stratégique national de lutte contre le sida (PSN) 2021-2025. Organisé par le Secrétariat Permanent du CNLS-IST, l’atelier a eu lieu à l’hôtel Lébénin. Il a regroupé les représentants de la Présidence de la République, du Gouvernement, du Parlement, du Secrétariat Permanent du CNSL-IST, des Programmes de santé, des Comités Ministériels de lutte contre le Sida (CMLS), des Comités d’Entreprises de lutte contre le Sida, des organisations de la société civile, des confessions religieuses, des services et structures décentralisés, des programmes santé, des partenaires techniques et financiers, etc.

L’ouverture solennelle

Le discours d’ouverture a été prononcé par Professeur DOGNE Badjona, Conseiller Santé du Président de la République. Il s’est félicité de la validation du cinquième Plan Stratégique en ce moment. Selon lui, la validation de ce PSN “permettra d’accélérer le mouvement de la mise en œuvre des interventions retenues vers l’horizon 2025”. Il a salué la multisectorialité de la lutte et a rappelé l’importance accordée à la lutte par les hautes autorités du Togo. Selon lui, “la lutte contre le sida depuis le début a été prise dans les priorités nationales par les plus hautes autorités du pays qui ne ménagent aucun effort pour l’organisation  de la lutte, la définition des priorités et la mobilisation des ressources”.

 

Le Directeur Pays de l’ONUSIDA Dr Eric VERSHUEREN a, dans son intervention, rappelé que les cibles fixées au niveau international dans la riposte au VIH est de réduire le nombre des nouvelles infections, le nombre de décès liés au sida et le nombre des cas de stigmatisation et de discrimination. “Les plans stratégiques sont les miroirs de ces objectifs mondiaux et chaque pays les adapte à son contexte”. Pour lui, le Togo se trouve bien dans ce processus. La coordination nationale, a-t-il observé, a réalisé “deux grands travaux appréciables”. Il s’agit de l’adoption successivement de la politique nationale Vision2030 et du Plan Stratégique National 2021-2025. Il a rassuré du soutien de la Communauté internationale dont l’appui a permis d’accélérer la rédaction de ces textes de politique et de planification.

 

Le Coordonnateur national du SP/CNLS-IST, le premier à prendre la parole au cours de cette cérémonie d’ouverture, a remercié les participants pour leur temps qu’ils ont accepté de sacrifier  pour répondre présents à l’atelier. Il s’est attardé sur le contenu du Plan qui, selon lui, “permettra au Togo d’atteindre en priorité quatre résultats d’impact d’ici 2025: ct 1 : les nouvelles infections sont réduites de 75% dans la population générale d’ici 2025; la mortalité des PVVIH (adultes, adolescents, enfants) est réduite de 80%; l’environnement social, politique et juridique est favorable à l’accès et à l’utilisation continue des services VIH pour les populations clés et les PVVIH; et l’impact 4 concerne la gouvernance de la riposte au VIH et au SIDA qui est performante d’ici 2025.

 

Les travaux de validation

Les travaux ont connu trois étapes : la présentation de l’articulation du PSN 2021-2025 par le Consultant national, Dr DEKU Kodjo; les travaux en quatre groupes sur le document et la plénière de restitution de ces travaux. Le document final validé comporte les résultats d’impact qui peuvent être résumé comme suit :

Résultat d’impact 1 : Les nouvelles infections sont réduites de 75% dans la population générale d’ici 2025

 L’enjeu autour de la réduction des nouvelles infections est majeur au Togo et le nouveau PSN permettra de mettre un accent particulier sur les populations les plus à risques et agir sur l’ensemble des facteurs qui permettront une réduction substantielle des risques liés aux nouvelles infections à VIH. Au centre des interventions, il y aura l’offre de services de prévention combinée pour les populations clés et pour les populations vulnérables notamment en ce qui concerne l’adoption de comportements à moindre risque, l’accès et l’utilisation des préservatifs, la connaissance de son statut sérologique, la prise en charge correcte des cas d’IST. La réduction des nouvelles infections chez les jeunes et adolescents(e)s sera renforcée à travers la redynamisation de l’éducation sexuelle á l’école et en agissant sur les facteurs de basculement des jeunes filles dans la prostitution et les prises de risque. L’offre de ces services sera développée à travers des stratégies appropriées pour chaque type de population (éducation par les paires, stratégies ciblées de dépistage, disponibilité de préservatifs, gels et lubrifiants, diagnostic et traitement des IST, Prophylaxie pré exposition…). Pour se faire, le plan prévoit 5 résultats d’effets et 17 résultats de produits.

Résultat d’impact 2 : La mortalité des PVVIH (adultes, adolescents, enfants) est réduite de 80% d’ici 2025

Le présent PSN va permettre de poursuivre et de renforcer la capacité de mise sous traitement du pays et de développer des synergies avec le secteur privé et le secteur communautaire pour une offre de service centrée sur le patient. La question du dépistage et de la prise en charge correcte des comorbidités deviendra une question prioritaire pour réduire le taux de décès chez les PVVIH ainsi que la poursuite du soutien sociale et communautaire. Ainsi 5 résultats d’effet et 14 résultats de produits ont été retenus pour garantir l’atteinte de ce résultat.

Résultat d’impact 3 : L’environnement social, politique et juridique est favorable à l’accès et à l’utilisation continue des services VIH pour les populations clés et les PVVIH

 En consacrant un axe entier à la question de genre et droits humains dans son PSN, le Togo s’engage fortement à lever les dernières barrières et créer un environnement social et juridique favorable pour tous, sans discrimination. De ce fait, l’ensemble des acteurs seront amenés à s’engager fortement contre les actes de stigmatisation/discrimination et contre les violences qui éloignent certains groupes de population des services de santé.  Pour atteindre cet impact, le nouveau PSN propose 4 résultats d’effets et 12 résultats de produits.

Résultat d’impact 4 : La gouvernance de la riposte au VIH et au Sida est performante d’ici 2025

L’accent sera mis sur une remobilisation de l’ensemble des acteurs clés en travaillant sur les partenariats et les synergies afin de mieux profiter des opportunités qu’offrent les initiatives de développement à la riposte contre le VIH.  Des partenariats seront développés avec les grandes villes du pays qui portent une grande part du fardeau de l’épidémie du VIH ainsi qu’avec d’autres secteurs du développement pour agir ensembles sur les vulnérabilités qui sont communes au VIH et à d’autres secteurs du développement. Aussi la qualité du système d’information sanitaire sera -t –elle au centre des interventions afin de créer au sein du ministère de la santé, un système unifié autour du DHIS2 qui prend en compte l’ensemble des besoins en informations du secteur de la santé.

La mise en œuvre du PSN 2021 – 2025 nécessitera la mobilisation des ressources financières estimées à 87 Milliards de FCFA (133 millions d’euros). 53% des ressources seront consacrés aux soins et traitement, 32% à la prévention, 12 % à la gouvernance et 2% au genre et droits humains.

Honorine MOUKPE, Atinèdi GNASSE

 

 

Related posts