CNLS-IST

Conseil National de Lutte Contre le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles

Les magistrats et agents de forces de défense et de sécurité sensibilisés à l’offre de services de santé pour la lutte contre le VIH

La Plateforme OSC/VIH/Santé avec l’appui technique du SP/CNLS-IST et du Ministère de la justice, a organisé du 8 au 17 mai 2023, des séances de sensibilisation en KP FRIENDLY dans trois grandes régions du Togo. Ceci à l’endroit des magistrats et des agents des forces de défense et de sécurité. Le but est de créer un environnement favorable et de confiance susceptible d’encourager les populations clés notamment à se rendre dans les services adaptés en vue d’une prise en charge adéquate.

Kara, Atakpamé et Lomé sont les trois localités qui ont abrité ces séances de sensibilisation rendues possibles grâce au financement du Fonds mondial dans le cadre du troisième Nouveau Modèle de Financement NFM III. 63 personnes au total composées des magistrats et des forces de défense et de sécurité ont participé aux sessions.

Au cours de ces séances, les participants ont été sensibilisés sur la situation épidémiologique du VIH et des IST en Afrique Occidentale et Centrale (AOC), et aspects spécifiques chez les HSH, PS, les UDI et les détenus ; la stigmatisation et la discrimination à l’égard des HSH, PS, les UDI et les détenus en Afrique subsaharienne et au Togo.  Autres thématiques abordées sont les Perceptions et représentations sur les orientations sexuelles (HSH et PS), l’identité sexuelle et aspects socio-anthropologiques de la sexualité entre hommes (généralités et perspectives en Afrique subsaharienne). En outre, ils ont été amenés à réfléchir sur les pistes de création/renforcement d’un environnement favorable aux populations clés dans les services adaptés et autres structures de soins.

Les séances ont été animées par deux facilitateurs de la société civile avec l’appui de personnes-ressources du SP/CNLS-IST et du ministère de la justice. En prélude aux séances, trois (03) interventions ont marqué la cérémonie officielle d’ouverture notamment celles du Président de la Plateforme des OSC-VIH/Santé, du Point Focal VIH du ministère de la justice et du Coordonnateur national adjoint du SP/CNLS-IST.

Ce dernier, en la personne de M. AMOUSSOU Damien Kégnidé, a pris une part active à toutes les sessions en procédant à l’ouverture solennelle des séances au nom du Prof. PITCHE Vincent Palokinam, Coordonnateur national de ladite institution. Pour atteindre les objectifs d’éradication du sida d’ici 2030, il a martelé « la nécessité de l’implication des différents secteurs à la lutte contre le sida en créant un environnement favorable à l’ensemble des populations sans exclusive ». En plus de l’ouverture officielle desdites séances, il a permis aux participants, de par ses interventions, de mieux comprendre la dynamique de la lutte contre le sida au Togo et surtout la problématique de l’accès des populations clés aux services de santé conformément à la vision du Togo d’éradiquer le sida sur la Terre de nos Aïeux d’ici 2030. Selon lui « ces échanges ont permis de faire comprendre aux participants la nécessité de se sentir concernés dans la mise en place d’un climat favorable à la prise en charge globale des populations clés ».

LE GRAND DEFI !

Les populations clés sont des groupes prioritaires du fait de leur taux de prévalence plus élevé que celui de la population générale et e ce fait doivent être prises en compte dans la riposte au VIH/Sida dans l’espace CEDEAO. En 2016, à Dakar (Sénégal), les partenaires et parties prenantes clés ont exprimé le besoin pour la région d’avoir un groupe technique de travail où les problèmes des populations clés sont discutés. Cette idée a reçu un écho favorable avec l’adoption de la déclaration commune sur les populations clés par les ministres de la santé de la CEDEAO. Cette déclaration reconnait que sans une nette amélioration de la réponse au sida, il sera impossible de mettre fin à l’épidémie du sida. La CEDEAO s’est donc engagée à créer les conditions favorables à un accès et une utilisation accrue des services appropriés de riposte au VIH et au sida pour les populations clés vivant dans l’espace CEDEAO.

Au Togo, les Hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH), les Professionnelles de sexe (PS), les usagers de drogues injectables (UDI) et les détenus sont exposés à la transmission du VIH de façon disproportionnée par rapport au reste de la population. L’analyse de la situation révèle que les facteurs aggravants de la vulnérabilité de ces groupes sont liés à la violence et à la stigmatisation dont ils sont victimes. La situation de précarité, notée dans ces groupes, entraîne l’accroissement du nombre de travailleurs de sexe masculins comme féminins et un faible recours aux soins du fait de la peur d’être stigmatisé ou discriminé, ce qui entrave, de plus en plus, l’efficacité des interventions dans le cadre de la réponse au VIH.

Au titre des mesures adaptées pour freiner la situation, le SP/CNLS-IST a consacré dans son plan stratégique 2023-2025, un axe entier dédié à la lutte contre la stigmatisation et la discrimination. Il revient aux différents secteurs à l’instar du PNLS-HV-IST et de la Plateforme-OSC/VIH/Santé de mettre un système en place pouvant permettre aux populations clés (PS, HSH, UDI et détenus) d’avoir un accès facile aux soins dans les services adaptés (SA) publics et associatifs.

AMOUSSOU Damien Kégnidé

Restez informés

Abonnez vous dès maintenant au Newsletter

Compteur de visites

  • 206
  • 152
  • 1 271
  • 4 886
  • 106 015
  • 1 157 874

Nos partenaires

Nous contacter

Secrétariat Permanent Conseil National de Lutte contre le SIDA et les IST (SP-CNLS IST)

Boulevard Jean-Paul II

01 BP : 2237 Lomé 01

+228 22 61 62 77

+228 22 61 62 76

cnlstogo@cnlstogo.org

Sitemap