CNLS-IST

Conseil National de Lutte Contre le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles

Profil de la vulnérabilité des PVVIH et des patients tuberculeux disponible enfin au Togo !

Le Togo dispose désormais des données factuelles sur le profil de la vulnérabilité des PVVIH et des patients TB pour leur intégration dans un programme national de protection sociale. La validation du rapport de l’étude portant sur le profil de vulnérabilité de ces cibles s’est déroulée à Lomé le 2 Juin 2023 à l’Hôtel Sancta Maria. C’était au cours d’un atelier organisé par le SP/CNLS-IST avec l’appui technique et financier de l’équipe conjointe représentée par l’ONUSIDA et le PAM.

(de gauche à droite) M. AMOUSSOU Coordo adjoint du SP/CNLS-IST, Dr MABOUDOU de l’ONUSIDA, M. ALASSANI du PAM

Dix millions de dollars par an pour appuyer un mécanisme social en faveur des couches vulnérables parmi les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) et patients TB. Ce sont les conclusions issues d’une étude commanditée par le Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida (SP/CNLS-IST). Le document élaboré a fait l’objet d’un atelier de validation le 02 juin 2023. A cet atelier appuyé par l’ONUSIDA et le Programme alimentaire mondial (PAM), ont été conviés les acteurs du ministère de la santé, les autres ministères sectoriels impliqués dans la lutte contre le VIH, les institutions en charge de la protection sociale ainsi que les ONG/associations de prise en charge médicale des PVVIH et patients tuberculeux.

Processus de validation.

L’atelier de validation s’est déroulé sous la présidence du coordonnateur national adjoint du SP/CNLS-IST M. Kégnidé AMOUSSOU, président du comité de pilotage du processus de consultation de la réalisation de l’étude au nom du Prof. PITCHE P. Vincent. Cet atelier national de validation a connu la participation de représentants de l’équipe conjointe dont M. Ennardja Alassani, chargé des Programmes et représentant le PAM au Togo et Docteur Akouavi Maboudou, chargée des informations stratégiques représentant le Directeur pays ONUSIDA.

Les récents résultats d’une évaluation diagnostique sur l’analyse situationnelle de la sensibilité au VIH/TB des programmes de protection sociale au Togo révèlent que d’importants efforts sont fournis ces dernières années pour renforcer la protection sociale au Togo.

Comme tous les pays de l’Afrique de l’ouest, les résultats font état également d’une faible sensibilité de cette protection vis-à-vis des PVVIH et des patients TB dans le système de protection sociale du Togo. Ceci nécessite une meilleure prise en compte des besoins et vulnérabilités spécifiques au VIH et à la tuberculose, notamment dans les critères de sélection pour l’accès aux prestations des programmes. Une limite importante de cette évaluation est l’indisponibilité de données quantitatives factuelles sur les performances du système de protection sociale, notamment ses capacités à cibler les personnes vivant avec le VIH ou patients TB ou coinfectées.

Désormais c’est connu au Togo, les patients PVVIH et les patients TB sont classés en trois catégories à savoir les moins vulnérables, les vulnérables et plus vulnérables.

Sécurité sociale des PVVIH et patients TB

L’intégration et la prise en compte des PVVIH et des patients TB dans les systèmes de filets de sécurité sociale renferment plusieurs bénéfices. Pour le chargé des Programmes du PAM au Togo, «ceci peut contribuer de manière notable à limiter les nouvelles infections, à améliorer l’accès aux soins de santé, et permettre ces patients de mener une vie saine et digne en les aidant à obtenir ou à protéger leurs moyens de subsistance pour assurer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle».

Le Coordonnateur national adjoint du SP/CNLS-IST, dans son allocution d’ouverture, a relevé que ledit document, qui capitalise la faisabilité et le coût de cette opération de soutien à ces couches vulnérables, « sera d’abord un document de mobilisation de ressources, un document de plaidoyer qui pourrait être présenté aux partenaires classiques afin d’accentuer le soutien alimentaire des cibles concernées ».

Selon les résultats de l’étude, environ 75% des PVVIH et des patients TB sont considérés comme vulnérables. Pour les intégrer dans un système national de protection sociale, il faudrait un peu plus de 10 millions de dollars chaque année pour pouvoir les soutenir.

L‘étude dont les résultats ont été validés s’est déroulée dans les régions maritime et des plateaux. Deux régions considérées comme ayant la plus forte prévalence du VIH avec plus de 29 000 PVVIH sur un total de 80 000 sur l’ensemble du territoire. Selon l’étude, le coût prévisionnel serait de 30 millions de dollars soit près de 18 milliards 409 millions de FCFA durant 3 ans. Ces ressources devront être mobilisées tant auprès de l’Etat que des partenaires techniques et financiers.

Restez informés

Abonnez vous dès maintenant au Newsletter

Compteur de visites

  • 107
  • 203
  • 1 980
  • 6 091
  • 112 487
  • 1 190 283

Nos partenaires

Nous contacter

Secrétariat Permanent Conseil National de Lutte contre le SIDA et les IST (SP-CNLS IST)

Boulevard Jean-Paul II

01 BP : 2237 Lomé 01

+228 22 61 62 77

+228 22 61 62 76

cnlstogo@cnlstogo.org